Le train d’atterrissage du Potez 58: 2nde et 3ème partie, la pièce de liaison et les jambes internes

Le train d’atterrissage du Potez 58: 2nde et 3ème partie, la pièce de liaison et les jambes internes

Part 2: La pièce de liaison entre le fuselage et la jambe mobile

Une fois la jambe amortie préparée, j’ai attaqué la pièce de liaison entre le fuselage et la jambe mobile. Vous pouvez voir cette pièce cerclée de rouge sur la photo ci-après.

Lorsque j’ai construit le fuselage, j’avais mis à cette endroit, une pièce traversante avec un morceau de bois dur rainuré pour permettre d’y passer une tige en acier recevant cette pièce du train. Pour la réaliser, j’ai donc utilisé de la corde à piano de 5 mm qui est introduit dans la pièce en bois dur. Elle est recouverte d’un tube alu de 6 mm qui vient aussi s’insérer dans la pièce de bois. La partie visible à l’extérieure est constituée d’un tube alu de 8 mm. Ce dernier est percé pour permettre le passage d’une tige fileté de 3 mm qui sera vissé sur la chape de la jambe amortie.

Les pièces d’assemblage sont collées ensemble avec de l’époxy. la pièce est ensuite collée à l’époxy de nouveau dans la rainure dans le fuselage. Ci-dessous, une vue du fuselage avec les pièces de chaque côté.

Part3 : Préparation des jambes internes

Ce que j’appelle les jambes internes, ce sont celles indiquées par une flèche rouge sur la photo ci-dessous.

Elles seront constituées de cordes à piano en acier soudées ensembles. Il faut absolument être rigoureux sur l’angle entre les 2 jambes. Il faudra ajouter également un axe pour les roues et la fixation sur les carénages. Les jambes de train ont été coupées à la bonne longueur dans de la corde à piano de 5 mm. Les parties à souder ont été décapées à la Dremmel et la zone dégraissée à l’acétone.

Les 2 cordes à piano sont positionnées avec le bon angle. J’ai utilisé une troisième main pour mettre l’axe de roues à un angle de 300 environ. J’ai chauffé la pièce avec un appareil à souder à gaz et j’ai fait fondre l’étain.

Pour consolider l’ensemble au niveau de la soudure, j’ai fait une ligature au fil nylon et j’ai collé à l’époxy lente. L’étape suivante à consister au perçage des trous sur les pièces en bois dur du fuselage pour positionner le train au bon angle et de manière identique des 2 côtés.

Le Potez 58 est sur ses jambes. il reste bien sur tout le travail de « maquettisation » à faire, mais déjà je suis heureux de le voir debout. Quelques photos et une vidéo pour illustrer la réalisation.

eol37

Scientifique et passionné par l'aviation et l'aeromodelisme depuis 45 ans, je suis ici pour vous faire partager mes modèles, mes techniques, mes réalisations et ce que j'ai appris au cours des ans.

Laisser un commentaire