Le train d’atterrissage du Potez 58 : Part 4: Habillage et détails maquettes des jambes

Le train d’atterrissage du Potez 58 : Part 4: Habillage et détails maquettes des jambes

Ce que j’ai décrit précédemment dans les articles correspondait à la structure générale du train d’atterrissage et à l’habillage de la jambe amortie. La prochaine étape consiste à habiller les jambes internes et à maquetter l’ensemble pour que ce soit ressemblant.

Pour ce faire, j’ai utilisé du balsa de 4 mm, qui est tracé et découpé dans un premier temps autour de la partie soudée.

Les 2 parties sont rainurées pour permettre l’insertion des cordes à piano. Ces pièces de balsa viennent « prendre en sandwich » la jambe de train. La même chose est faite pour le reste des jambes. Traçage, découpe, rainurage de l’emplacement de la corde à piano et les jambes sont enveloppées et collées par les pièces de balsa.

Une fois sec, j’ai mis en forme les les carénages par un ponçage mécanique et manuelle pour reproduire la partie arrondie du bord d’attaque et pointue du bord de fuite.

L’étape suivante a consisté à passer une couche d’enduit nitrocellulosique, suivi d’un ponçage léger à sec pour enlever les fibres de balsa qui apparaissent rêches après l’enduit.

Par la suite, je suis resté fidèle à la technique de Pascal Kroll (voir son site le coinmaquette dans les liens), à savoir, une découpe de coupons dans de la fibre de verre à 25 g/m2 qui est collée à l’enduit nitrocellulosique.

Une fois sec, l’excédent de fibres s’enlève facilement avec une cale à poncer. Ensuite, j’ai passé une seconde couche d’enduit nitrocellulosique

J’ai alors commencé la finition par une couche de filler pour voiture passée au pinceau.

Ponçage à l’eau avec un grain fort au départ et un papier fin pour terminer. Les pièces sont prêtes à être peintes.

Pour commencer, j’ai utilisé la technique des points de colle à bois pour reproduire les rivets.

Puis passage à l’atelier peinture, une couche d’apprêt et 2 fines couches de peinture polyurethane argent identique à celle du fuselage.

Une fois sec, je me suis aperçu que les rivets n’étaient pas assez visibles. J’avais trop dilué la colle. Donc j’en ai remis dessus les précédents.

Une fois sec, voici le résultat.

eol37

Scientifique et passionné par l'aviation et l'aeromodelisme depuis 45 ans, je suis ici pour vous faire partager mes modèles, mes techniques, mes réalisations et ce que j'ai appris au cours des ans.

Laisser un commentaire